Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Phr 90

  • : PHR 90
  • PHR 90
  • : Actualité politique du Territoire de Belfort Cantonales 2011 Vie municipale
  • Contact

Texte libre

Le Radicalisme

Le Radicalisme est le plus ancien courant politique du pays : près de 160 ans. S'il connaît une telle longévité, c'est sans doute parce qu'il porte en lui une jeunesse sans cesse renouvelée. Ce n'est pas le moindre des paradoxes du radicalisme que de démontrer sa vigueur par le fait même de son grand âge.

Ses grands principes

Equilibre entre Libertés individuelles et Solidarité nationale :

  • La Laïcité garantit à chacun une liberté de choix dans le respect des autres.
  • La Solidarité, garante d'équité sociale, crée une société véritablement active et responsable.
  • L'Humanisme mise sur le développement des qualités essentielles de l'être humain.
  • La Tolérance, garante de justice, permet d'accepter les différences conformes à la loi républicaine.
  • L'Universalisme affirme que tous les peuples doivent être représentés dans la conduite des affaires du monde.

 

        
ADRESSE DEPARTEMENTALE DE
 PHR90
    Maison du Peuple
    90000  BELFORT 

Texte libre

    Le renouveau du radicalisme de gauche, c'est à l'époque des Présidentielles de 2007.

    Christian Leblanc et Gabrielle Domin prennent contact avec d'anciens adhérents. Ils s'engagent aux municipales sur la liste socialiste menée par Bruno Kern. Aux deuxième tour, Christian Leblanc rejoint la liste d'union menée par Etienne Butzbach, UNIS POUR BELFORT.

    Le PRG du Territoire de Belfort se reconstruit. Christian Leblanc y accueille Saïd Meftah dont la personnalité a joué un rôle aux municipales de Valdoie. Puis il incite Alain Dreyfus-Schmdt à les rejoindre, car il pense que la personnalité du fils de Michel gêne certains adhérents socialistes.

   Malheureusement, le Cercle radical de Valdoie n'évolue pas et perd même un adhérent; Alain Dreyfus-Schmidt n'apporte aucune contribution au PRG

   En 2011, la fédération envisage de présenter 5 candidats aux cantonales. Christian Leblanc cède la candidature d'Offemont qui lui avait été attribuée à un nouveau venu, Allel Lounes.  Saïd Meftah, pour réduire les frais,  préfère restreindre les candidatures à quatre.Belfort Sud est abandonné.

   Aux deuxième tour des primaires, 4 membres du Bureau fédéral profitent d'un problème de santé du président pour soutenir la candidate qui n'avait pas été choisie par Le PRG. Christian Leblanc a le tort de vouloir soutenir le choix national. Alors, les contestataires le mettent en cause personnellement, sa santé ne lui permettant pas de répondre.

   Aux législatives, Dreyfus-Schmidt rejoint Mme Fleury pour barrer la route à Etienne Butzbach, candidat commun de la gauche, et Meftah contribue à la défaite de la candidate de la gauche dans la 2ème circonscription.

   Ce sont ces personnes qui ont pris par manoeuvre la direction des radicaux de gauche dans le département, avec l'aide d'un responsable national : 15000 euros, la contribution nationale qu'apportent Mme Fleury et M. Dreyfus-Schmidt aux finances du PRG, ce n'est pas négligeable.

 

 

 

Archives

15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 23:48

JMB1.jpgExtraits de l’interview de J.M. BAYLET ce matin sur Sud-Radio :

 

Jean-Michel Baylet, président du PRG, sénateur et président du conseil général du Tarn et Garonne est en colère contre le PS qui n'a pas respecté les accords signés par leur parti et Martine Aubry dans un certain nombre de régions. Il s'agit d'un manque de loyauté du parti et
certains présidents de région, Jean-Michel Baylet s'en,entretiendra demain avec Martine Aubry.

Le projet de primaires ouvertes à toute la gauche n'est pas nouvelle pour le PRG qui réclame cette organisation depuis cinq ans avec Roger Gérard  Schwartzenberg et Jean-Michel Baylet. Mais si Martine Aubry, Ségolène Royal et DSK se mettent d'accord par avance pour passer un pacte secret il ne s'agit plus de primaires mais de truquage, en ce cas le PRG aura un candidat présidentiel.

Bernard Tapie est de retour au PRG, accusé puis blanchi, il a soutenu Nicolas Sarkozy face à Ségolène Royal pour des raisons qui lui étaient personnelles. Il souhaite réintégrer maintenant sa famille politique.

 

Et sur Public Sénat :

 

Jean-Michel Baylet n'est pas content et compte bien le faire savoir à Martine Aubry. Le président du Parti radical de gauche (PRG), interrogé par Public Sénat, doit s'entretenir avec la patronne du PS demain pour « une mise au point ». Il lui reproche des accords non respectés sur les régionales. Le sénateur et patron de La Dépêche du Midi rappelle que le PS « aura besoin des radicaux » pour espérer emporter le Sénat. Et ajoute que sans accord, le PRG « sera présent » en 2012…

 

Entretien :

- Vous allez rencontrer Martine Aubry demain. Vous allez lui rappeler l'accord passé pour les régionales
?
- Mon rendez-vous avec Martine Aubry se fait dans le cadre normal des  rapports entre partis de gauche. Nous allons parler des régionales. Dans certaines régions, ça ne s'est pas bien passé du
tout. Nous avons signé un accord avec le PS qui engageait pour le premier et le second tour. Il y avait un certain nombre d'élus pour le PRG. L'accord n'a pas été respecté, notamment en Ile-de-France, en Bretagne, en Bourgogne et dans quelques autres régions.

Nous avons une mise au point à faire. Si nous ne travaillons pas dans la confiance, nous ne pouvons pas préparer dans de bonnes conditions les prochaines échéances qui sont importantes : les cantonales, les sénatoriales de septembre 2011. La présidence du Sénat est en jeu, on aura besoin des radicaux. Puis il y a la présidentielle et les législatives.

- C'est un avertissement à Martine Aubry ?
- Les radicaux n'accepteront plus, quand on met en bas d'une page la signature de Martine Aubry et la notre, que certains puissent s'asseoir dessus. Nous sommes à un tournant. Ou nous saurons respecter les accords, ou chacun vit sa vie de son coté. Le PS ne peut pas prétendre rassembler et se conduire de la sorte.

- Dans ces conditions, le PRG pourrait-il quand même participer aux primaires ouvertes du PS ?
- Pour l'instant, nous n'en sommes pas là. Les primaires du PS ne se présentent pas non plus sous les meilleurs auspices. Si encore il s'agissait de primaires de toute la gauche, mais quand je vois
que Martine Aubry, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn semblent passer un accord, ce sont donc les primaires du PS. Cet accord est mal venu. Le Mouvement républicain et citoyen de Jean-Pierre Chevènement a d'ailleurs dit qu'il ne participera pas aux primaires.

- Le PRG peut-il être présent à l'élection présidentielle en 2012 ?
- S'il n'y a pas d'accord, il sera présent dans la compétition.

- Pourrait-il l'être avec Bernard Tapie, qui vient de faire son  retour au PRG ?
- Savoir avec quel candidat, je ne me prononce pas.

- Certains voient en Bernard Tapie un sous-marin téléguidé par  l'Elysée pour gêner la gauche…
- Je fais de la politique depuis longtemps, c'est quelque chose de sérieux. Il ne faut pas voir tout le temps des complots et des montages tarabiscotés.

Partager cet article

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires

Articles Récents