Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Phr 90

  • : PHR 90
  • PHR 90
  • : Actualité politique du Territoire de Belfort Cantonales 2011 Vie municipale
  • Contact

Texte libre

Le Radicalisme

Le Radicalisme est le plus ancien courant politique du pays : près de 160 ans. S'il connaît une telle longévité, c'est sans doute parce qu'il porte en lui une jeunesse sans cesse renouvelée. Ce n'est pas le moindre des paradoxes du radicalisme que de démontrer sa vigueur par le fait même de son grand âge.

Ses grands principes

Equilibre entre Libertés individuelles et Solidarité nationale :

  • La Laïcité garantit à chacun une liberté de choix dans le respect des autres.
  • La Solidarité, garante d'équité sociale, crée une société véritablement active et responsable.
  • L'Humanisme mise sur le développement des qualités essentielles de l'être humain.
  • La Tolérance, garante de justice, permet d'accepter les différences conformes à la loi républicaine.
  • L'Universalisme affirme que tous les peuples doivent être représentés dans la conduite des affaires du monde.

 

        
ADRESSE DEPARTEMENTALE DE
 PHR90
    Maison du Peuple
    90000  BELFORT 

Texte libre

    Le renouveau du radicalisme de gauche, c'est à l'époque des Présidentielles de 2007.

    Christian Leblanc et Gabrielle Domin prennent contact avec d'anciens adhérents. Ils s'engagent aux municipales sur la liste socialiste menée par Bruno Kern. Aux deuxième tour, Christian Leblanc rejoint la liste d'union menée par Etienne Butzbach, UNIS POUR BELFORT.

    Le PRG du Territoire de Belfort se reconstruit. Christian Leblanc y accueille Saïd Meftah dont la personnalité a joué un rôle aux municipales de Valdoie. Puis il incite Alain Dreyfus-Schmdt à les rejoindre, car il pense que la personnalité du fils de Michel gêne certains adhérents socialistes.

   Malheureusement, le Cercle radical de Valdoie n'évolue pas et perd même un adhérent; Alain Dreyfus-Schmidt n'apporte aucune contribution au PRG

   En 2011, la fédération envisage de présenter 5 candidats aux cantonales. Christian Leblanc cède la candidature d'Offemont qui lui avait été attribuée à un nouveau venu, Allel Lounes.  Saïd Meftah, pour réduire les frais,  préfère restreindre les candidatures à quatre.Belfort Sud est abandonné.

   Aux deuxième tour des primaires, 4 membres du Bureau fédéral profitent d'un problème de santé du président pour soutenir la candidate qui n'avait pas été choisie par Le PRG. Christian Leblanc a le tort de vouloir soutenir le choix national. Alors, les contestataires le mettent en cause personnellement, sa santé ne lui permettant pas de répondre.

   Aux législatives, Dreyfus-Schmidt rejoint Mme Fleury pour barrer la route à Etienne Butzbach, candidat commun de la gauche, et Meftah contribue à la défaite de la candidate de la gauche dans la 2ème circonscription.

   Ce sont ces personnes qui ont pris par manoeuvre la direction des radicaux de gauche dans le département, avec l'aide d'un responsable national : 15000 euros, la contribution nationale qu'apportent Mme Fleury et M. Dreyfus-Schmidt aux finances du PRG, ce n'est pas négligeable.

 

 

 

Archives

25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 18:56

Pour  dimanche, on organise la fête à Butzbach.

S'il s'agissait uniquement d'une initiative de la droite, on utiliserait une autre expression.
Mais il faut bien constater que ceux qui dinaient à la gamelle mènent la danse : Maurice Schwartz le premier, lui qui, avant tout autre, avait un intérêt d'alimentaire. Au sein du MRC, la position de Christian Proust -qui a dû être prépondérante - est autrement difficile à décrypter.

L'ancien président du Conseil général avait de toute évidence la stature d'un maire de Belfort. Son action au plan de la restructuration des transports urbains prouve qu'il était certainement, comme disait Chirac d'un autre "le meilleur d'entre eux". Mais peut-être avait-il dépassé le stade où l'on s'engage encore pour cinq années dans un travail quotidien, et de longue haleine.

Ce qui étonnera davantage, c'est la défection des Communistes. D'abord parce qu'ils ont été plutôt bien traités dans la municipalité sortante. 0n peut donc penser que leur décision est plus influencée par la politique nationale que par leur relation avec le maire.

la défection de M. Pheulpin est toutefois plus compréhensible: son parti pouvait s'agréger à un rassemblement collectif avec le MRC et le Parti Communiste. Mais son adhésion avec le PS de Butzbach aurait pu être considérée comme suspecte.

Reste à comprendre la décision de Christophe Grudler, le chouchou parmi les opposants de Butzbach. Son maintien en 2008 avait permis au maire de conserver sa place. Du coup, M. Grudler était depuis lors l'objet de petites attentions tant en mairie qu'au Conseil général. En retirant sa liste, il fait place nette à Damien Meslot. Lui-même n'aura aucune place en municipalité, mais l'unique objet de sa quête, depuis des années, était la place de maire. Il n'empêche que certains de ses colistiers pourront être déçus d'avoir été débarqués avant l'arrivée au port. En fin de compte, il est probable que Christophe Grudler ne fait qu'appliquer la décision nationale du MoDem.

Dimanche prochain, Etienne Butzbach sera bien seul. La liste du Front national aurait pu le favoriser, mais le maintien du MRC et la défection de ses anciens alliés d'extrême gauche ont un relent d'hallali.

On peut penser qu'il vient d'accomplir un mandat positif pour Belfort. L'avenir nous le dira. Mais on voit bien que cela ne suffit pas. Encore faut-il réussir sa communication et s'appuyer sur un entourage positif. Or comme Jospin en 2002, comme Hollande aujourd'hui, on peut avoir les meilleures intentions du monde et être desservi par des collaborateurs qui n'ont que leur propre ambition pour objectif.


Partager cet article

Repost 0
Published by Bureau PHR 90 - dans Municipales
commenter cet article

commentaires

Articles Récents