Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Phr 90

  • : PHR 90
  • PHR 90
  • : Actualité politique du Territoire de Belfort Cantonales 2011 Vie municipale
  • Contact

Texte libre

Le Radicalisme

Le Radicalisme est le plus ancien courant politique du pays : près de 160 ans. S'il connaît une telle longévité, c'est sans doute parce qu'il porte en lui une jeunesse sans cesse renouvelée. Ce n'est pas le moindre des paradoxes du radicalisme que de démontrer sa vigueur par le fait même de son grand âge.

Ses grands principes

Equilibre entre Libertés individuelles et Solidarité nationale :

  • La Laïcité garantit à chacun une liberté de choix dans le respect des autres.
  • La Solidarité, garante d'équité sociale, crée une société véritablement active et responsable.
  • L'Humanisme mise sur le développement des qualités essentielles de l'être humain.
  • La Tolérance, garante de justice, permet d'accepter les différences conformes à la loi républicaine.
  • L'Universalisme affirme que tous les peuples doivent être représentés dans la conduite des affaires du monde.

 

        
ADRESSE DEPARTEMENTALE DE
 PHR90
    Maison du Peuple
    90000  BELFORT 

Texte libre

    Le renouveau du radicalisme de gauche, c'est à l'époque des Présidentielles de 2007.

    Christian Leblanc et Gabrielle Domin prennent contact avec d'anciens adhérents. Ils s'engagent aux municipales sur la liste socialiste menée par Bruno Kern. Aux deuxième tour, Christian Leblanc rejoint la liste d'union menée par Etienne Butzbach, UNIS POUR BELFORT.

    Le PRG du Territoire de Belfort se reconstruit. Christian Leblanc y accueille Saïd Meftah dont la personnalité a joué un rôle aux municipales de Valdoie. Puis il incite Alain Dreyfus-Schmdt à les rejoindre, car il pense que la personnalité du fils de Michel gêne certains adhérents socialistes.

   Malheureusement, le Cercle radical de Valdoie n'évolue pas et perd même un adhérent; Alain Dreyfus-Schmidt n'apporte aucune contribution au PRG

   En 2011, la fédération envisage de présenter 5 candidats aux cantonales. Christian Leblanc cède la candidature d'Offemont qui lui avait été attribuée à un nouveau venu, Allel Lounes.  Saïd Meftah, pour réduire les frais,  préfère restreindre les candidatures à quatre.Belfort Sud est abandonné.

   Aux deuxième tour des primaires, 4 membres du Bureau fédéral profitent d'un problème de santé du président pour soutenir la candidate qui n'avait pas été choisie par Le PRG. Christian Leblanc a le tort de vouloir soutenir le choix national. Alors, les contestataires le mettent en cause personnellement, sa santé ne lui permettant pas de répondre.

   Aux législatives, Dreyfus-Schmidt rejoint Mme Fleury pour barrer la route à Etienne Butzbach, candidat commun de la gauche, et Meftah contribue à la défaite de la candidate de la gauche dans la 2ème circonscription.

   Ce sont ces personnes qui ont pris par manoeuvre la direction des radicaux de gauche dans le département, avec l'aide d'un responsable national : 15000 euros, la contribution nationale qu'apportent Mme Fleury et M. Dreyfus-Schmidt aux finances du PRG, ce n'est pas négligeable.

 

 

 

Archives

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 05:49

   Depuis le 27 février 2013 où l'équipe Dreyfus-Schmidt-Meftah a mis main basse sur la fédération du Territoire de Belfort du Parti radical de gauche, la parole des radicaux, comme nous le craignions l'an passé, a été mise sous l'étouffoir.

   Que pouvait-il arriver d'autre ?

   Le nouveau "bureau fédéral" a exigé la suppression du blog départemental.

   Dreyfus-Schmidt, visiblement - a perdu la collaboration de son porte-plume habituel. Or nous le savons bien : ADS a horreur de l'écriture.

   Quant à Meftah, en dehors des entretiens confidentiels dans lesquels il brille (uniquement oralement bien sûr) par ses prédictions de fine politique locale, il ne traite nulle part des problèmes nationaux ni surtout grandes questions de société. Cela n'appartient d'ailleurs pas à sa sphère d'intérêts.

   Depuis un an chez les radicaux, pas une réunion publique, plus de tracts, pas de présence militante et aucune intervention politique dans la presse locale. En douze mois, ils ont détruit le travail de reconstruction qui était entamé depuis 2005. D'ailleurs, il serait intéressant de savoir combien il reste d'adhérents au PRG

   Nous l'annoncions l'année dernière, le minable "coup d'état" n'avait qu'un seul but : s'arroger le statut local de représentants du PRG pour démarcher des places personnelles sur des listes municipales. Apparemment, l'affaire n'a que moyennement marché car s'il est question de la présence de Dreyfus-Schmidt sur la liste Butzbach au premier tour prochain (ce qui était d'ailleurs le cas en 2008), l'ombre de Meftah ne pèse sur aucune liste périphérique.

   En cassant le PRG au plan départemental, les putschistes de 2012 n'ont eu pour effet que de briser la fragile branche sur laquelle ils s'étaient perchés.

Repost 0
Published by PHR 90 - dans prg90
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 19:35

 

Par Christian LEBLANC, Président de PHR 90 et du dernier Bureau élu par la fédération du Parti radical dee gauche

 

   Les statuts d’une association dénommée POLE HUMANISTE ET RADICAL DU TERRITOIRE DE BELFORT ont été déposés le 7 novembre 201. 

   Le motif de cette création est de ne laisser s’installer aucune vacance de l’action dans notre département durant une période  où la fédération du Parti radical de gauche reste soumise  au diktat d'une  tutelle nationale qui ressemble bien plus à une main mise sur le bureau élu démocratiquement par les adhérents que par le souci d'apporter un apaisement au niveau départemental.

   Il est indispensable, pour le Bureau élu le 24 avril, de barrer la route  à certains opportunistes issus de nos rangs et qui ont déjà provoqué l’échec de la gauche dans deux circonscriptions de notre département aux législatives dernières.

   Notre association s’est formée après la réunion de ¾ des adhérents du PRG 90, renforcés depuis par plusieurs sympathisants. Elle a d'ores et déjà entamé une réflexion politique suivie de rencontres avec le président du Conseil général et le maire de Belfort pour préparer les prochaines élections municipales dans le département.

   Les adhérents ont aussi souhaité qu'elle devienne une structure ouverte de solidarité pour les radicaux et les républicains. En cette fin d'année, elle a déjà entamé une action en faveur des populations qui ne bénéficient plus d'une aide institutionnelle et elle a engagé une action auprès des parlementaires départementaux pour qu'ils réagissent contre la suppression de l'aide alimentaire européenne envisagée par la Commission de Bruxelles.

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 18:17

   Le mercredi 21 octobre se tenait à Paris la réunion du Comité directeur du Parti radical de gauche, instance nationale représentative des départements.

   Alain AMMOUCHE, secrétaire général, Gabrielle DOMIN, trésorière, et Christian LEBLANC, président, élus à la dernière A.G. d’avril 2012 représentaient le Territoire de Belfort.

   Le Comité directeur a désigné son Conseil exécutif et ses secrétaires nationaux.

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 20:07

   Pour une raison pratique, les rubriques des news intra et axtra-muros sont reportées à l'adresse suivante :

 

christianleblanc.unblog.fr


Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 00:49

   Il serait illusoire de vouloir cacher le malaise qui touche actuellement la fédération du Parti radical de gauche dans le Territoire de Belfort.

   Elle est le fait de quatre personnes qui ont décidé subitement de déstabiliser la direction départementale en s’affranchissant des règles qui prévalent en France dans tous les partis démocratiques.

   Au lendemain du 1er tour des primaires citoyennes, Alain Dreyfus-Schmidt passait un communiqué à l’Est Républicain appelant à voter Aubry au second tour, au nom du Bureau fédéral du PRG. Or celui-ci n’avait pas encore été réuni. Dans les colonnes du Pays, il précisait qu’il s’exprimait au nom de Saïd Meftah, Sylvie Faivre et Allel Lounes, qui n’avaient pas voulu attendre la décision du Bureau national ni connaître l’avis du président fédéral.

   Agissant de la sorte, A. Dreyfus-Schmidt brisait la confiance nécessaire entre un président et son porte-parole. Avec l‘aval du Secrétariat national, j’ai donc pris la décision de le suspendre de cette fonction.

   Auparavant, Saïd Meftah avait déjà communiqué à trois reprises avec la presse en laissant entendre qu’il parlait au nom du PRG 90 : lors de la réception de l’ambassadeur du Qatar en mairie, pour évoquer une stratégie aux futures législatives et après le drame survenu aux Résidences. De quel droit ? Il connaît pertinemment les règles de fonctionnement que j’avais eu déjà l’occasion de lui rappeler.

   Mais MM. Meftah, Dreyfus-Schmidt et leurs amis - que la presse qualifie pour certains de trublions - ne supportent pas la discipline de parti.

   Ma décision a entraîné un déchaînement d’attaques personnelles et d’insultes par courrier et sur les réseaux sociaux.

   Lorsque j’ai reçu de Mme Faivre une convocation à un Bureau fédéral – ce qui relève des prérogatives du président – comportant un ordre du jour délirant, j’ai compris que les quatre souhaitaient l’affrontement, voire la destruction de la fédération du PRG 90.

   J’ai donc demandé au président Baylet de saisir la Commission des conflits qui seule est habilitée à dire le droit.

   Dans l’attente, l’activité du Bureau fédéral est suspendue et le président expédie les affaires courantes. Contrairement à ce que prétend A. Lounes (Le Pays du 5 novembre), l’article 8.2 des statuts ne stipule pas ce qu’il écrit avec maladresse. Chacun peut le constater en consultants ces statuts sur le site national du PRG ( www.planeteradicale.com ).

   En effet, depuis le début de cette crise, la tactique des quatre est d’affirmer n’importe quoi sans apporter la moindre preuve de ce qu’ils avancent. Pour ma part, je m’appuie uniquement sur les faits. Et comme ils en arrivent aux menaces, il était grand temps de mettre un terme à leurs polémiques paranoïaques.

 

   Christian LEBLANC, Président de la fédération PRG 90

Repost 0
Published by Président PRG du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 17:43

A l'intention de sympathiques Belfortains qui ont déjeuné à une table voisine de la nôtre ce midi.

 

Nous avons égaré l'adresse mail que vous nous aviez communiquée.

Merci de nous la renvoyer par message sur : christiablanc@wanadoo.fr

 

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 00:50

   Alors que les candidatures ont été officiellement listées et que le Président du Parti radical de gauche est entré en lice, les fédérations départementales du PS s'organisent.

Extrait-Pays-110724.JPG

        Le Pays du 24 juillet 2011  

 

23 bureaux de votes devraient être ouverts dans le Territoire de Belfort et le PRG a appelé ses militants à participer à l'organisation du scrutin. Guy Berthelot, Premier fédéral PS, a accepté d'associer les radicaux de gauche et de rencontrer Christian Leblanc pour concrétiser les modalités pratiques.

Extrait3-Pays-110724.JPG

     Le Pays du 24 juillet 2011

 

   De son côté, le PRG délèguera Sylvie Faivre, sa Secrétaire générale, au Comité d'organisation et proposera des assesseurs dans les communes où il dispose de militants.

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 11:18

JMB-Seignosses2.JPG      A l’unanimité, les Radicaux de gauche ont voté, lors de leur comité directeur du 6 juillet, leur participation aux primaires citoyennes et ils ont demandé à Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche, d'être leur candidat pour y défendre le programme radical.

 

   Les délégués du PRG ont ainsi fait le choix de la responsabilité et du rassemblement face aux risques d'un nouveau 21 avril. Leur objectif est de donner à la gauche toutes les chances de gagner en 2012 et de tenir ses promesses de changement au service du pays.

 

   C'est le sens d'une primaire ouverte, dont le PRG a été le premier à défendre le principe devant le Parlement en 2006.

 

   Nous avons, dès le début, salué et soutenu la volonté du PS d'organiser ce grand rendez-vous démocratique. Car c'est pour nous le seul moyen pour la gauche d'ouvrir les partis sur la société et de donner la parole aux citoyens dans le choix de celui qui devra affronter le candidat de l'UMP.

 

   Cette primaire sera un formidable moyen de mobilisation et un moment unique de confrontation d'idées.

 

   Seul candidat non socialiste dans ces primaires, Jean-Michel BAYLET portera les valeurs laïques et de progrès que le radicalisme a toujours défendues et qui ont fait la République.

 

   A l'heure où la crise financière mondiale se double d’attaques incessantes contre le pacte républicain, le PRG incarnera la différence à gauche et défendra le principe de justice qui est au cœur de la pensée radicale notamment par :

- L'exigence d'une authentique laïcité républicaine ;

- La lutte audacieuse pour l’égalité sociale et fiscale ;

- La marche déterminée vers l'horizon fédéral européen ;

- La moralisation, spécialement monétaire, de l'économie globalisée ;

- La sauvegarde des équilibres naturels de notre pays, de notre continent et de notre planète ;

- Le combat incessant pour l'égalité hommes femmes et contre le racisme, la xénophobie et l'antisémitisme.

 

   La fédération PRG du Territoire de Belfort, qui soutient pleinement cette candidature radicale, co-organisera avec la fédération socialiste les modalités  de ces primaires et portera la campagne de Jean-Michel BAYLET.

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 17:42

logo-20prg-203.jpg   La fédération du Parti Radical de gauche du Territoire de Belfort a tenu son assemblée générale annuelle vendredi 17 juin 2011, en présence de Paul Dhaille, vice-président national aux fédérations.

   Dans son rapport moral, Christian LEBLANC a regretté que les propositions qu’il avait formulées auprès de ses partenaires potentiels pour les cantonales et la municipale partielle de Valdoie n’aient pas été retenues, ce qui a entraîné l’absence de la gauche au second tour à Belfort centre et la défaite à Valdoie.

   Paul Dhaille a remercié les militants pour le travail réalisé depuis la refondation de la fédération qu’il avait lui-même parrainée en 2008. Il a assuré celle-ci du soutien du Bureau national pour son action dans le Territoire de Belfort. Il a notamment estimé qu’il serait légitime que le Parti radical de gauche s’engage sous ses propres couleurs dans la bataille des futures législatives.

   L’Assemblée générale a confirmé la cooptation de deux nouveaux membres au Bureau fédéral, dont la composition est désormais la suivante :

-          Président : Christian LEBLANC

-          Vice-président : Saïd MEFTAH EL KHAIR

-          Secrétaire général : Sylvie FAIVRE

-          Secrétaire général adjoint : Philippe SENDRA

-          Trésorière fédérale : Gabrielle DOMIN

-          Porte-parole fédéral : Alain DREYFUS-SCHMIDT

-          Membre du Bureau : Allel LOUNES (dont la fonction sera définie lors la prochaine réunion).

   Les Radicaux de gauche sont convaincus de la nécessité de contribuer à la victoire d’un candidat de la gauche aux prochaines présidentielles et ils entendent affirmer leur présence dans le scrutin qui suivra pour la désignation des députés du Territoire de Belfort.

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 23:43

PHOTO-PERSO.JPG   La décision de plusieurs élus socialistes, regroupés autour de Bruno KERN, de constituer un groupe politique autonome au Conseil municipal de Belfort n’a pas fini de faire des remous.

   Outre les articles parus dans la presse régionale qui relaient la prise de position de proches du MRC ou les explications alambiquées du Premier adjoint, la polémique s’installe également au sein des instances de travail de la majorité municipale. Samedi dernier, les élus socialistes étaient présents à la réunion de groupe convoquée par Etienne Butzbach, mais pas parfaitement unanimes, comme a pu l’indiquer l’intervention embarrassée et quelque peu absconse de Hubert BELTZ.

   En préalable, le maire a rappelé la nécessité vitale de préserver l’unité si la majorité souhaite mener à bien ses projets d’avenir et aborder les futures municipales dans une perspective gagnante. Ce n’est qu’en fin de réunion que les reproches ont fusé, notamment par l’intervention de Bertrand CHEVALIER, élu communiste, qui a volé à la rescousse de ses amis du MRC.

   Comme souvent en politique, cette affaire est obscurcie par les non-dits. Il y a tout d’abord le traitement de certains élus issus de la liste socialiste du premier tour, à commencer par Bruno KERN lui-même, exilé dans une pièce du 1er étage de la mairie, alors que le bureau du Premier adjoint était situé traditionnellement au rez-de-chaussée, proche de celui du maire. Dès le début de mandat, on sentait bien aussi le désir à peine réfréné du premier des élus PS de créer son propre groupe. Puis il y a eu “l’affaire Guemazi” lorsque le président du SERTRID, initialement candidat sur la liste BUTZBACH, a décidé d’adhérer au  Parti socialiste. On se rappelle la détermination du maire à faire mordre la poussière à son colistier apostat. On se souvient également du soutien timide du PS à son nouvel adhérent… mais on approchait des cantonales, et il fallait sauvegarder l’essentiel.

   A mi-mandat, on aborde la dernière ligne droite, et les appétits se précisent. La constitution d’un groupe autonome permettrait aux élus du PS de se démarquer du maire MRC et d’affirmer leurs différences. Probablement dans la perspective d’une liste socialiste aux prochaines municipales. Bruno KERN se réfugie derrière une disposition statutaire de son parti, mais que ne l’a-t-il appliquée dès 2008 ?

   Dans cette affaire, qui touche principalement les intérêts du PS et du MRC et les rivalités qui en découlent, le PRG s’est refusé à intervenir. En effet, les Radicaux, soigneusement tenus à l’écart des responsabilités municipales, n’ont rien à devoir ni aux uns, ni aux autres.

   Cependant, il est de leur devoir de rappeler que les conflits de personnes et les manœuvres de division sont mortifères. Pour s’en persuader, il suffit de se rappeler la municipale partielle de Valdoie : pour la deuxième fois, l’aveuglement des responsables socialistes a coûté la mairie à la gauche.

   A Belfort, rien ne permet de penser qu’en 2014 Christophe Grudler volera une nouvelle fois au secours des sortants. D’autant moins que, cette fois, l’opposition semble avoir compris son intérêt.

   Christian LEBLANC, membre du groupe "Unis pour Belfort"

Repost 0
Published by B.F. du Territoire de Belfort - dans prg90
commenter cet article

Articles Récents